Participer

Sheffield, Royaume-Uni

Villes de sanctuaire, communautés de bienvenue

City of Sanctuary

March 24, 2011

Une politique officielle de la municipalité pour accueillir et souhaiter la bienvenue aux défavorisés bâtit une communauté qui soutient les réfugiés et les nouveaux immigrants.

Imaginez votre arrivée dans une nouvelle ville, venant d’un pays à l’autre bout du monde, sans connaître la langue ou les coutumes locales et sans soutien de votre famille ou d’amis. Un simple geste, un signe d’accueil et être rassuré que vous êtes en effet le bienvenu et qu’on veut de vous dans cette nouvelle communauté, peut faire une énorme différence.

L’intention du mouvement «City of Sanctuary»’ (ville de sanctuaire) est de bâtir une culture d’hospitalité municipale envers ceux qui sont à la recherche d’un sanctuaire au Royaume-Uni, d’éliminer les idées fausses qui existent autour des réfugiés et au contraire de créer un environnement de soutien, de sympathie et de compréhension de leur réalité

En 2007, avec le soutien du conseil municipal et plus de 70 autres organismes locaux la ville de Sheffield est devenue la première City of Sanctuary (ville sanctuaire) du Royaume-Uni.

Le mouvement City of Sanctuary peut être comparé à l’idée d’une Fairtrade City. Dans ce dernier concept, un grand nombre de groupes et d’organismes communautaires s’engagent à utiliser et à vendre des produits fairtrade. De même, dans une City of Sanctuary de nombreux organismes locaux, groupes communautaires et religieux, ainsi que l’administration municipale, s’engagent publiquement à accueillir, soutenir et inclure dans la communauté tous ceux qui y cherchent un sanctuaire.

Craig Barnett, le coordinateur national de City of Sanctuary, explique que le but du projet est d’éliminer les idées fausses et de bâtir une culture d’hospitalité. « Il s’agit d’offrir une vision positive de notre ville en tant que ville de sanctuaire, » dit-il.

Le chemin vers le sanctuaire

Depuis 2005, 96 organismes à Sheffield, dont des écoles, des projets communautaires, des groupes étudiants et des communautés religieuses se sont engagés à souhaiter la bienvenue aux chercheurs d’asile. Leur rôle est d’offrir amitié et soutien et d’inviter les chercheurs d’asile au sein de leurs organismes à participer et à détenir des positions de responsabilité.

Donna Covey, chef de la direction du Refugee Council, cite le mélange de soutien grassroot comme un aspect unique du mouvement Sheffield City of Sanctuary. « Cela provient de la communauté en général. Ces gens-ci ne travaillent pas dans le secteur de réfugiés ni ne sont des activistes nécessairement. Ce sont simplement des membres du public qui veulent offrir un lieu de sécurité aux personnes forcées de se réfugier au Royaume-Uni.»

Le chemin pour devenir une City of Sanctuary a commencé quand des groupes communautaires et religieux se sont engagés à soutenir l’idée. Au cours des deux années suivantes, le mouvement s’est développé et le conseil municipal s’y est joint. Les organismes de soutien se sont alors mis d’accord sur une vision d’inclusion à long terme pour les chercheurs d’asile et les réfugiés, décrite dans le ‘City of Sanctuary Manifesto’. Celle-ci comprend des objectifs ambitieux en ce qui concerne la participation de ceux qui cherchent un sanctuaire dans la ville, ainsi que leur accès au soutien et aux services essentiels, tels que l’éducation, la santé et le logement.

Rassembler un large soutien communautaire et établir une stratégie d’inclusion sont deux des principaux critères pour devenir une City of Sanctuary.

La ville de Sheffield estime que près de 1000 chercheurs d’asile y sont soutenus par le UK Border Agency du gouvernement, ainsi que près de 1000 autres dont la demande d’asile aurait été refusée mais qui ne veulent pas ou sont incapables de quitter le R.-U. – cependant, il n’est pas possible d’estimer combien de chercheurs d’asile ont été aidé par le projet puisque son but principal est de diffuser la bonne volonté et de changer la culture et les conceptions plutôt que d’offrir une assistance directe.

Parmi les succès visibles autour de Sheffield sont les panneaux affichés dans toute la ville qui disent «Nous accueillons et souhaitons la bienvenue aux chercheurs d’asile et aux réfugiés.»

Un mouvement qui se développe

Depuis que Sheffield a montré le chemin en devenant une City of Sanctuary, le mouvement s’est développé tout autour du R.-U. Il y a aujourd’hui un nombre croissant de groupes de travail de City of Sanctuary dans les bourgs et les villes du R.-U., y compris à Bradford, Bristol, Coventry, Leicester, London, Norwich, Nottingham, Oxford, Sheffield et Swansea.

Ce réseau national de groupes de travail se réunit régulièrement pour partager des connaissances et des leçons, soutenu par un coordinateur national qui est responsable de la promotion du mouvement dans tout le R.-U. Le mouvement national de City of Sanctuary a aussi publié un livret intitulé «Comment devenir une City of Sanctuary», qui contient des conseils pour établir une initiative locale, et des études de cas provenant de groupes de City of Sanctuary autour du R.-U.

Le défi, pour certains organismes, est que, contrairement à d’autres projets, le concept de City of Sanctuary n’est pas basé sur des chiffres fixes ni sur des objectifs quantifiables, mais plutôt sur une vision à long terme de changement culturel.

C’est aussi une idée qui a un intérêt global. Aux Etats-Unis, près de 31 villes se sont désignées Sanctuary Cities. Par exemple, en 1989, San Francisco a passé l’ordonnance «City of Refuge» (ordonnance de Sanctuaire) qui interdit aux employés municipaux d’assister le Immigration and Customs Enforcement (ICE), bureau d’immigration et de douanes, avec des investigations ou arrestations à moins que leur assistance soit requise par la loi ou un mandat fédéral. L’ordonnance est ancrée dans le mouvement de sanctuaire des années 1980 quand des églises tout autour du pays ont donné refuge aux centre-américains qui fuyaient les guerres civiles dans leurs pays.

Le maire de San Francisco, Gavin Newson, et son superviseur Tom Ammiano ont récemment réaffirmé cet engagement à être une City of Refuge (ville de refuge) quand ils ont lancé une campagne de sensibilisation du public pour promouvoir la politique de sanctuaire de San Francisco envers les résidents sans-papiers et rassurer tous les résidents que l’accès aux services municipaux ne rend pas un individu plus vulnérable aux autorités fédérales d’immigration. « En tant que Sanctuary City, San Francisco a fourni et continuera à fournir des services de compassion à tous les immigrants, quelque soit leur statut, » a déclaré Superviseur Ammiano.

Making it Work for You:

  • Atteindre des nouvelles communautés, un nouveau public et bâtir un large soutien de base pour le mouvement (au-delà des organismes établis) ont été essentiels au succès de Sheffield.
  • Les refugiés eux-mêmes ont été de puissants préconisateurs pour le mouvement en partageant leurs expériences au cours de discussions dans des écoles et groupes communautaires, dans les médias et à travers des performances théâtrales.
  • Des célébrations, festivals et évènements culturels ont été organisés pour mettre en valeur la contribution positive que les réfugiés et les chercheurs d'asile ont apporté à la ville, et pour encourager un sens de fierté parmi la population locale que leur ville est un lieu de sécurité.

Maytree