Participer

Marseille, France

De l’espoir à la fraternité : Marseille Espérance

Ville de Marseille

November 19, 2012

Grâce au leadership du maire, les communautés religieuses se rassemblent autour d'un forum de dialogue et de médiation

La ville portuaire de Marseille, au sud de la France, se réclame d’une longue histoire de migration, avec une communauté juive classée la troisième plus importante d’Europe et environ un tiers de sa population d’origine nord-africaine. Selon certains démographes, Marseille est la première ville européenne où les musulmans vont constituer la majorité.

Cependant, la ville la plus ethniquement diversifiée de la France aura aussi le mieux réussi à éviter les troubles sociaux et les violences ethniques qu’on a vu éclater dans la banlieue de Paris et ailleurs.

Marseille est une ville de migration

Les réalités diverses de la société française moderne ne sont pas faciles à accéder par des voies officielles. En général, dans le respect du principe de laïcité, ou de sécularisme, on ne recueille pas de données sur la religion ou l’ethnicité, dont la présence dans la vie politique et le recueillement par l’état sont interdits.

En 1990, la mairie a rompu avec la tradition en établissant l’association Marseille Espérance, ceci pour reconnaître l’importance d’identités communautaires dans la sphère publique et pour créer de nouveaux espaces d’échanges interculturels. Le premier de son genre en Europe, le forum – sous la devise « la laïcité pacifique et ouverte » – a permis au maire de réunir autour de lui les responsables religieux, qu’ils soient chrétiens, juifs, musulmans ou bouddhistes. L’objectif ultime, c’était de favoriser l’entente et la compréhension entre tous les marseillais, n’importe leur origine, culture ou religion. Après l’élection d’un nouveau maire, Jean-Claude Gaudin, en 1995, le message – que voici une ville cosmopolite et fraternelle – ne s’est que solidifié et s’est vu reflété dans les médias.

Les membres de l’association Marseille Espérance et le maire se rencontrent régulièrement pour se tenir au courant des besoins sociaux de la ville. On peut citer comme exemple de la réussite du forum le soutien unanime dont a bénéficié le projet « grande mosquée » de la part de l’association. Le rôle proactif de leadership assumé par le maire, appuyé par tous les responsables religieux qu’il a réunis, a accéléré sensiblement la recherche, centenaire, d’un site convenable. Aujourd’hui, la mosquée est bien en cours de construction. Marseille Espérance peut aussi agir « sur demande » si l’on pense détecter des menaces à la coexistence pacifique des habitants de la ville ; l’association a un dossier exemplaire en ce qui concerne la médiation de conflits au sein de la communauté.

On a beaucoup parlé, dans les médias et les réseaux locaux, de l’histoire de Marseille Espérance – une histoire d’inclusion, de cohésion, de coexistence et d’un maire unificateur. Cela a suscité une réponse enthousiaste, avec une forte augmentation du nombre d’articles ayant pour sujet les organisations musulmanes de la société civile.

La réussite

En 2000, pour fêter les 2600 ans de la ville, Marseille Espérance a mis sur pied le projet de sculpture « l’arbre de l’espérance ». À la base de l’arbre on peut lire les noms des 350 000 habitants qui se sont adhérés au message de tolérance, d’hospitalité et de partage symbolisé par le projet, soit les valeurs de Marseille Espérance. On a donné une réplique de l’arbre à sa ville jumelle, Shanghai, et une deuxième à sa ville partenaire, Alger.

Marseille Espérance a parrainé d’autres projets innovateurs, parmi lesquels il faut noter : le « mètre cube de l’infini » chez l’Institut Paoli-Calmettes, un lieu de recueillement et de prière interconfessionnelle largement considéré comme unique en Europe ; et le Prix Marseille Espérance, décerné par la ville et attribué chaque année lors du Festival international du documentaire de Marseille.

En 2004, la Fondazione Laboratorio Mediterraneo a décerné à l’association son Prix Méditerranée de la Paix, en reconnaissance de ce qu’elle faisait pour promouvoir la compréhension et le dialogue interculturel. Le modèle instauré par Marseille a été adopté depuis par Bruxelles et Barcelone.

Soumis par : Joseph Downing, European Institute, London School of Economics and Political Science. (Texte abrégé et corrigé par la rédaction)

Making it Work for You:

  • Les solutions les plus puissantes et les plus durables viennent de la consultation communautaire et d'une prise de décision participative.
  • Faire usage du plus grand nombre possible de canaux et de plateformes pour atteindre les objectifs ou accroître la visibilité : les médias, les arts, la mairie, les établissements locaux et l'espace public.
  • Raconter une bonne histoire ! En plus des mesures concrètes, la réussite peut dépendre du pouvoir symbolique de la langue et du leadership.

Newsletter



Pour cette bonne idée, contacter:

Marseille Espérance
Hôtel de Ville
13233 Marseille cedex20
Marseille,
Tel: (33-4) 91 14 66 04
marseille-esperance@mairie-marseille.frv
http://www.marseille.fr

Maytree