Participer

Brême, Allemagne

Le mentorat pour les familles immigrantes: MEMI

Mentoren für Migranten (memi-Projekt)

March 24, 2011

L'intégration réussie veut dire que les habitants, autant que les nouveaux arrivants, se sentent chez eux dans une ville en évolution

La réalité de l’immigration, c’est stressante – autant pour les immigrants que pour les communautés qui les accueillent. Les habitants peuvent se sentir déplacés, menacés et se méfier des nouveaux arrivants.

Pour être vraiment un succès, l’intégration doit incorporer des usages permettant aux deux groupes de s’adapter et de se former des relations solides, ce qui est le principe de ce programme à Brême qu’on appelle «Le mentorat pour les migrants» [Mentoren für Migranten] ou MEMI.

Une famille allemande se porte volontaire pour être le mentor sponsorisant d’une famille immigrante afin d’aider cette dernière à commencer une nouvelle vie et à s’y habituer. Entretemps, les deux familles ont l’occasion de mieux se connaître et de se former des relations.

Le programme MEMI a été conçu par Diana Altun, 26 ans, petite fille d’un migrant turque qui, lui, est venu en Allemagne pour travailler dans une aciérie locale. Le MEMI se base sur l’idée que la véritable intégration sociale ne résulte que s’il y a une acceptation et une tolérance mutuelle de la part des différents groupes de la population.

«La plupart des familles [immigrantes] ne veut pas d’une aide centrée seulement sur les tâches [p. ex., rendre visite aux responsables, remplir les formulaires]. Elles veulent plutôt faire la connaissance de quelqu’un dans leur nouvelle sphère culturelle. Le but ultime, c’est de nouer une amitié avec une autre famille. Si, l’année finie, les deux familles se quittent simplement, alors notre programme et nos efforts y ont échoué.»

Ce projet de mentorat s’avère unique en Allemagne actuellement, bien que d’autres villes et états n’aient pas manqué de s’y intéresser. Le programme a plus de 131 participants dont les pays d’origine varient énormément, et on a observé des relations se former à travers deux générations, les parents et leurs enfants. L’idée originale de Diana Altun s’est transformée en un projet réussi actuellement subventionné par le Bundesamt für Migration und Flüchtlinge [agence fédérale pour les immigrants et les réfugiés].

Pour des ressources liées à cette Bonne Idée, consultez la barre à droite.

Making it Work for You:

  • Les initiatives les plus réussies sont celles qui tiennent compte des besoins et des préoccupations de la communauté accueillante.
  • Le point fort du programme MEMI : mesurer son succès selon que les familles se forment des relations durables.

Maytree