Vivre

Copenhague, Danemark

Intégration en action: Des leçons de vélo pour une meilleure inclusion sociale

Dansk Rode Kors

May 24, 2011

Promouvoir des valeurs urbaines fondamentales telles que le vélo aide à intégrer les nouveaux-venus

Dans la capitale danoise de Copenhague, un résident sur trois va au travail en vélo, parcourant ainsi tous ensemble chaque jour plus de 1,2 million de kilomètres. En effet, à Copenhague il y a plus de vélos que d’habitants.

Le vélo fait partie intégrale de la vie quotidienne de la ville et ceci est fortement soutenu par le gouvernement municipal, lequel dépense en moyenne DKK 165 par résident par an (l’équivalent de $C 34) pour améliorer l’infrastructure et la sécurité routière. En 2008, Copenhague a été nommée meilleure ville danoise pour le cyclisme.

Copenhague a aussi incorporé le cyclisme dans le planning physique de la ville, et espère que, d’ici 2015, 50 % de ses résidents iront à l’école ou au travail en vélo.

En plus, la ville tient à accroître les groupes d’où ces résidents sont recrutés, en tendant la main aux nouveaux-venus pour qu’ils fassent partie de ce mouvement.

La capacité d’un nouveau-venu de participer aux activités populaires d’une ville peut jouer un rôle pivot en ce qui concerne son niveau d’engagement. Faire du vélo n’est pas une compétence enseignée dans tous les pays.

La Croix-Rouge danoise s’est rendue compte qu’en offrant aux immigrants la possibilité d’apprécier et de participer à un aspect unique de la vie danoise (les Danois font plus de vélo que toute autre population occidentale), elle les aiderait aussi à s’adapter et à s’engager physiquement dans la vie citadine.

Des bénévoles de la Croix-Rouge danoise enseignent aux nouveaux-venus comment faire du vélo, suivre le code de la route et réparer les bicyclettes. Les classes sont gratuites pour les immigrants, les chercheurs d’asile et les réfugiés. La plupart des participants sont des femmes immigrantes et réfugiées plus âgées qui proviennent de pays où traditionnellement les femmes ne font pas de vélo.

Cela donne aussi une chance aux danois de partager leur compétences et leur culture avec les nouveaux-venus et aux deux groups de se rencontrer en société ainsi que de partager ce passe-temps national.

Les classes sont très populaires dans les communautés de nouveaux-venus parce que faire du vélo coûte moins cher que de conduire une auto ou de prendre les transports en commun. Les classes peuvent aussi améliorer leurs possibilités d’emploi (puisque certains emplois dans le secteur de soins demande qu’on soit certifié capable de circuler en vélo).

Mais enfin et surtout, les leçons de vélo permettent aux nouveaux-venus d’assumer physiquement leur ville et de circuler librement et avec confiance dans les rues côte à côte avec leurs voisins.

Making it Work for You:

  • Les sports pour adultes et les activités récréatives physiques offrent des occasions de rapprochement communautaire à ne pas négliger.
  • Cherchez à fournir aux nouveaux-venus le contexte ou les compétences nécessaires pour se joindre aux traditions et aux activités locales populaires.
  • Il n'est pas nécessaire que les politiques locales d'intégration d'immigrants tiennent debout toutes seules. Le cyclisme, par exemple, peut être catégorisé comme une activité qui améliore la circulation, l'environnement, la santé et le plaisir.

Maytree