Vivre

New York , États-Unis

Se tenir au courant : la bibliothèque réagit aux changements dans la communauté

Queens Public Library

March 24, 2011

Se tenir au courant des données démographiques a permis à une bibliothèque municipale de marcher avec son temps

Presque tous les soirs après son travail, Dewei Lee, originaire de la Chine, s’arrête à la bibliothèque pour compulser les livres ou les journaux chinois ou pour emprunter des DVD ou d’autres ressources qui peuvent l’aider à améliorer sa connaissance de l’anglais ou même ses chances d’un meilleur emploi. Tout en faisant des études de programmation, il est employé à temps partiel comme concierge et n’a donc pas les moyens de s’acheter des lectures récréatives ou un cours d’anglais.

«C’est un endroit bien utile pour les immigrants,» a dit Dewei à propos de la bibliothèque. «J’y viens pour me servir d’internet, lire les journaux ou assister à des classes ainsi que pour rencontrer les autres.»

Les bibliothèques municipales ont longtemps joué un rôle essentiel dans l’intégration et l’insertion des immigrants urbains. Partout aux États-Unis, les bibliothèques modifient leurs collections et leurs programmes pour mieux satisfaire aux besoins démographiques changeants. La bibliothèque municipale de Queens, l’un des trois réseaux indépendants new-yorkais, montre bien ce que peut faire une bibliothèque pour aider les nouveaux arrivants à s’intégrer à la société américaine.

Dès 1977, le réseau bibliothécaire de Queens a démontré comment une telle institution peut – par le biais de sa collection et ses services – s’adapter aux besoins d’une population en pleine évolution.

La municipalité de Queens est l’une des plus diverse du pays. Plus de 55 % de sa population s’adresse chez eux dans une langue autre que l’anglais. L’origine de ces résidents comprend notamment la Chine, l’Europe de l’Est, les Caraïbes, l’Asie du Sud, l’Amérique latine, les Philippines, la Corée, la Pologne et l’Irlande.

Tandis que les nouveaux arrivants s’installent dans la municipalité pour ensuite la quitter ou y revenir, les données démographiques changent constamment. L’approche qu’a dû adopter le réseau de Queens est d’autant plus proactive et, flexible, tout conforme aux besoins de la communauté.

Pour écouter les utilisateurs du système dont Enmi Sung Kendall

La collection de la bibliothèque se renouvelle régulièrement dans le but d’en assurer sa pertinence dans une communauté changeante. On n’a qu’à regarder le taux de circulation pour être convaincu de son succès.

Ce réseau est le plus fréquenté du pays, faisant circuler en 2007 plus de 23 millions de livres, de vidéos, de musique ou d’autres matériaux en 70 langues différentes. En août 2008, selon l’édition la plus récente du rapport statistique annuel pour les bibliothèques municipales [PLD Public Library Statistical Report 2008] la bibliothèque de Queens s’est placée première par niveau national de circulation, avec plus de 21 millions d’emprunts.

S’offrir plus largement

À en juger par ses programmes, la bibliothèque municipale de Queens s’est engagée depuis longtemps à bien servir cette communauté diverse. La page d’accueil de son site Web se fait disponible en six langues différentes. Et, en adhérant au programme pour les nouveaux américains (NAP), lancé en 1977, la bibliothèque peut offrir régulièrement et gratuitement des conférences et des séminaires destinés à aider les nouveaux immigrants à trouver de l’information, souvent dans leur langue d’origine, concernant la recherche d’emploi, les services sociaux et la citoyenneté ainsi que des cours d’éducation des enfants pour faciliter leur intégration aussi.

Le programme NAP a bien réussi son coup. En 2005, plus de 73 cours d’adaptation se sont offerts, en 9 langues différentes, à 1 300 personnes, et pour ce qui est des plus de 84 programmes d’art et de culture organisés, 6 500 personnes y ont participé. On a discuté de tout : des droits au lieu de travail et de l’Islam, en espagnol. On a offert des cours de danse, des visites d’auteurs et des séminaires de santé au sujet de l’obésité.

Si populaires ont été les programmes d’ESOL [l’anglais pour les allophones] que la bibliothèque s’est vue obligée en 2000 de créer un nouveau programme d’apprentissage adulte afin de gérer les cours d’ESOL présentés autrefois par le NAP. On a aussi commencé des programmes d’alphabétisation pour les familles et d’autres programmes pour un centre d’apprentissage adulte. Aujourd’hui, le programme ESOL de Queens est le plus important du pays géré par une bibliothèque. Près de 100 cours d’une durée de 6 mois sont offerts par an, pour 2 500 à 3 000 étudiants, enseignés par des professionnels payés.

De nouveaux projets d’ESOL se sont développés selon le besoin. Par exemple, sous les auspices du programme d’apprentissage adulte, en début 2005 on a établi des salles d’ordinnateurs pour assurer que les étudiants d’ESOL disposaient d’une connaissance de base en informatique. Des centaines en ont pris ces cours sans frais. En 2002, un programme d’alphabétisation pour les familles s’est instauré dans le but d’offrir des cours préparatoires aux enfants, de la pré-scolarité jusqu’au 3e niveau, ainsi qu’à leurs gardiens. Ceci pour leur montrer à quoi ils peuvent s’attendre dans les écoles américaines. Cela peut aussi permettre aux parents de mieux comprendre le système scolaire et comment défendre les droits de leurs enfants.

Une réussite de longue date

La bibliothèque municipale de Queens a été depuis 30 ans un centre pour la communauté ainsi qu’un leader national en ce qui concerne l’intégration des immigrants. Cette réussite provient partiellement du fait qu’on s’est toujours focalisé sur le flux et reflux de ceux-ci dans la communauté. La bibliothèque était la première du pays à engager un démographe pour analyser en détail la population desservie. On a alors utilisé ces données dans le développement de la collection internationale, dans la conception des cours d’ESOL et des ateliers de dynamique de la vie en plusieurs langues et dans la planification des événements culturels à l’intention des nouveaux arrivants. Le démographe a aussi tiré de ces données quelques rapports d’accès facile pour le grand public qui ont été affichés sur le site Web.

La bibliothèque a bénéficié également de sa longue histoire et de sa façon agressive d’aborder les relations communautaires. Au début du NAP, le personnel a dû concentrer ses efforts sur la sensibilisation de la communauté afin d’assurer que les immigrants étaient bien conscients des programmes offerts et n’avaient pas peur de s’en servir. Avec le temps, l’impact de ces programmes sur la communauté n’a pu faire que s’accroître. Par exemple, en janvier 2007 la bibliothèque s’est associée au système hospitalier de Queens en vue d’aborder les questions de santé avec l’instauration du HealthLinks [liens de santé], programme facilitant l’accès au dépistage du cancer ainsi qu’aux soins médicaux dans les communautés peu desservies. La bibliothèque a fait pareillement avec le musée et le réseau de santé de Queens en offrant sur place des cours d’ESOL. En 2008 la bibliothèque s’est associée au département de la mairie relatif aux affaires des immigrants dans le but d’aider ceux qui voulaient formuler une demande pour un visa de loterie [Diversity Visa Lottery] (DV-2010). Au niveau national, la bibliothèque a collaboré avec les services d’immigration et de citoyenneté, USCIS, et l’association des bibliothèques américaines, ALA, sur une compilation des meilleures pratiques pour promouvoir l’intégration des immigrants partout dans le pays. Ce guide sera publié par l’USCIS.

Tout récemment, la bibliothèque municipale de Queens a été classée finaliste de l’an 2009 du prestigieux prix E Pluribus Unum , coordonné par le Migration Policy Institute [institut de la politique de migration] en reconnaissance des efforts faits pour renforcer les liens entre les américains indigènes et allogènes.

Making it Work for You:

  • Dans les régions urbaines, les données se transforment rapidement en ce qui concerne l'immigration et comment s'est constituée une communauté. Les fournisseurs de services doivent suivre avec précision tous ces changements.
  • Il faut comprendre votre clientèle si vous voulez concevoir et fournir des services et des programmes réussis.
  • Avec le temps, les communautés immigrantes vont changer, comme tous les marchés, exigeant que les services et les programmes s'ajustent pour rester pertinents.
  • La bibliothèque municipale de Queens a réussi surtout parce qu'elle a su suivre et surveiller les besoins changeants de sa communauté cible.

Newsletter


Pour cette bonne idée, contacter:

Joanne King
Associate Director, Communications
89-11 Merrick Boulevard
Jamaica, NY,
11432
T: 718-990-0704
E: Joanne.King (at) queenslibrary.org
http://www.queenslibrary.org/



Les bonnes idées récentes

Halifax, Canada
Making Connections
Halifax Partnership  

Toronto, Canada
Cela porte loin, la main-d’œuvre multilingue : réussir globalement en exploitant la diversité
Thales Canada transportation business  

Toronto, Canada
Le droit des affaires pour les entrepreneurs immigrants
Connect Legal  

Aachen, Germany
Compter sur les réseaux d’immigrants : Réseau commercial d’Aachen
Ville d’Aachen, département du développement économique/affaires européennes  

Dublin, Irlande
Le transport relie, le racisme divise
Le Conseil de l'immigration d'Irlande  

View all

Maytree