Travail

Londres, Royaume-Uni

La London Living Wage Campaign (campagne pour un salaire minimum vital à Londres)

LONDON CITIZENS

March 24, 2011

La ville de Londres se joint au succès d’une campagne communautaire pour améliorer les salaires dans la ville et contrôler les pratiques d’emploi.

Kasia travaille dix heures par jour pour nettoyer les chambres d’un des hôtels les plus cotés de Londres. Une chambre dans cet hôtel très chic peut coûter jusqu’à 640 £ par nuit et une tasse de café ordinaire coûte 6.50 £. Kasia lutte pour subsister dans l’une des villes les plus chères du monde avec un salaire minimum national garanti de 5.52 £ par heure.

Et ça c’est même avant ses contributions à la sécurité sociale et aux impôts, qui sont prélevées à la source. Comme 94 % de travailleurs migrants, Kasia paie impôts et sécurité sociale sur son salaire, mais ne réclame aucunes prestations (telles que des crédits contre l’impôt sur le revenu, les allocations familiales, etc.)

Kasia est comme de nombreux employés du secteur des services – y compris les agents de nettoyage, les gardes de sécurité et les employés dans la restauration – qui sont mal payés, subissent des conditions de travail difficiles et sont parfois même exploités. On estime que simplement dans Londres, 400 000 personnes tombent dans ce piège de pauvreté malgré un emploi.

Depuis novembre 2005, le London Living Wage campaign (campagne pour un salaire minimum vital à Londres) a rassemblé une alliance diverse de citoyens actifs et de leaders communautaires provenant de tous les coins de la ville afin de persuader les employeurs de payer à tous leurs employés un « salaire minimum vital » et pour encourager les consommateurs à soutenir les entreprises qui le font.

Dirigé par TELCO, l’organisation des communautés de l’est de Londres (aujourd’hui sous le nom de London Citizens), l’alliance est soutenue par plus de 80 différents groupes tels que des groupes religieux, des écoles, des organismes d’étudiants, des filiales syndicales, des associations de résidents, le gouvernement, des consommateurs et des entreprises.

Qu’est ce que c’est qu’un salaire minimum vital ?

Le « salaire minimum vital » est un terme utilisé pour décrire le montant réaliste qu’un travailleur devrait être payé à l’heure (plutôt que le salaire minimum garanti ou légal) afin de permettre à celui ou à celle-ci et sa famille un standard de vie convenable.

A Londres, le « salaire minimum vital » actuel est de 7.45 £ par heure – près de 35 % plus élevé que le salaire minimum national garanti, assuré par le gouvernement.

Comme partie intégrale de la campagne Living Wage campaign, London Citizens a lancé une étude en partenariat avec UNISON et l’Université Queen Mary intitulée Making the City Work : Low Paid Employment (Faire marcher la ville : l’emploi à bas salaire), qui examine la nature et le rôle des employeurs en ce qui concerne l’augmentation du nombre de travailleurs sous-traitant dans l’économie à bas salaire. La sous-traitance permet aux employeurs et aux entreprises de réduire leurs coûts, tout en maintenant une distance entre eux et les conditions subies par leurs employés à bas salaire. Par exemple Margot, l’amie de Kasia, travaille dans un hôtel en face du sien où elle est payée non pas à l’heure mais par chambre nettoyée – et cela au niveau choquant de 2.65 £ par chambre.

Cette étude a aussi montré que parmi les travailleurs à bas salaire sélectionnés au hasard, 90 % étaient des migrants comme Margot et Kasia et plus de la moitié étaient des migrants récents, arrivés au Royaume-Uni dans les cinq dernières années.

Plus de 90% des agents de nettoyage, des travailleurs dans l’hôtellerie et des travailleurs dans les services à domicile qui ont été interviewés sont des migrants qui gagnent une moyenne de 5,45 £ par heure – l’équivalent d’un salaire moyen de 10 200 £ par an, avant impôts et sécurité sociale. Ceci représente moins de la moitié du salaire annuel moyen (de 22 411 £) et moins d’un tiers des revenus moyens à Londres (de 30 984 £).

A l’encontre de la fausse idée que les migrants sont des travailleurs vivant seuls, en fait la majorité de ceux qui ont été interviewés pour l’étude vivent avec d’autres membres de leur famille – que ce soit avec partenaires, parents ou enfants. Un tiers sont responsables d’enfants dépendants (sous l’âge de 16 ans au Royaume-Uni).

Tout le monde y gagne…

KPMG constate que depuis qu’ils sont devenus un employeur de « salaire minimum vital », la rotation d’agents de nettoyage a diminué de 50 %. D’autre part, un sondage récent a trouvé que des meilleures conditions de travail résultent en une main d’œuvre plus motivée. «Auparavant je me réveillais la nuit me sentant malade à l’idée du travail » a dit un nettoyeur. «Maintenant qu’il y a eu une augmentation du salaire, je suis fière de travailler à l’hôpital.»

A partir de janvier 2009, la municipalité de Londres s’est engagée à assurer que les subventions, les faveurs et le financement n’iront qu’aux organismes qui sont accrédités « employeurs de salaire minimum vital ». L’office du Maire travaille aussi avec London Citizens (citoyens de Londres) pour assurer que tous les hôtels et le secteur hôtelier de Londres paieront le « salaire minimum » vital avant les olympiades de 2012 et que le guide « visitez Londres » et autres guides touristiques ne sanctionneront que les hôtels et les restaurants qui sont accrédités en tant qu’employeurs ou lieux « de salaire minimum vital ».

Le soutien gagne du terrain…

La Living Wage Campaign a réussi à inspirer un remarquable soutien du public envers les travailleurs invisibles qui font fonctionner Londres, mais qui sont rarement vus ou appréciés par le public. Le succès clé de la campagne de London Citizen a été d’aider certains membres de la communauté à devenir des leaders de campagne et des porte-paroles efficaces. L’organisme apporte à ceux-ci les outils nécessaires pour devenir des leaders et une formation dans le domaine des médias, afin de développer les compétences dont ils auront besoin pour diriger une campagne efficace, qu’ils soient débutants dans l’organisation communautaire ou possèdent de nombreuses années d’expérience.

L’amplitude et la diversité du soutien pour la campagne ont fait de la question un important sujet de débats sur la pauvreté et l’exclusion sociale, et un problème adressé dans la récente campagne électorale pour le maire de Londres.

Le maire de Londres, Boris Johnson a dit : « Il y a trop de pauvreté et de carences et une façon pour moi de maintenir une promesse électorale c’est de parler de vive voix du London Living Wage et de poursuivre un engagement qui assurerait que tous le personnel et les sous-traitants du Groupe GLA (le gouvernement municipal de Londres) reçoivent au moins 7.45 £ par heure. Je veux que le gouvernement montre un bon exemple en s’assurant que son personnel puisse maintenir un niveau de vie convenable dans l’une des villes les plus chères du monde. Dans cet optique, j’ai exprimé clairement à toutes les parties de l’organisation, que je m’attends à ce que le salaire minimum vital soit le standard de base. »

Jusqu’à present 27 organisations, y compris le Groupe GLA, se sont engagés à payer un « salaire minimum vital » ainsi que la police métropolitaine, la banque Barclays, KPMG et Price WaterhouseCoopers.

Un résultat de la London Living Wage Campaign est l’attribution annuelle d’une distinction pour le meilleur employeur assurant un « salaire minimum vital » ; ceci continue à capter le soutien du public envers cette question, en reconnaissant ce que font les bons employeurs pour donner à tout leur personnel un niveau de vie convenable.

p>London Citizens est un organisme caritatif indépendant qui, depuis dix ans, préconise et organise le changement et la justice sociale. Ils ont une réputation impressionnante dans les campagnes, dont des succès récents sur une garantie éthique pour les olympiades de 2012, la London Living Wage Campaign et une commission d’enquête sur la provision de services du bureau de l’immigration et de la citoyenneté à Lunar House (Angleterre). London Citizens travaille en coopération avec la Citizen Organising Foundation – COF (fondation pour l’organisation des citoyens), un organisme caritatif dont la mission est de créer un réseau de citoyens compétents, bien informés et organisés qui agissent avec responsabilité dans la vie publique de leur communautés et sont capables d’influencer, pour le bien commun, les décisions qui impactent leurs communautés.

Pour des ressources liées à cette Bonne Idée, consultez la barre à droite.

Making it Work for You:

  • Ne vous arrêtez pas aux entités habituelles. Une campagne forte et réussie demande la participation du plus grand nombre possible de groupes et de supporteurs, et l’utilisation maximale de la portée médiatique qu’ils apportent avec eux.
  • L’attention des médias ne se passe pas juste comme ça. Celle-ci demande une familiarité avec les organisations médiatiques, des communiqués bien construits et un effort coordonné pour émettre les messages stratégiquement.
  • Soyez sûrs de vos données ! La tâche de présenter le problème et de recevoir l’ample soutien dont vous aurez besoin sera facilité par une bonne recherche et des témoignages solides.

Maytree