Santa Cruz de Tenerife, Espagne

Ensemble dans la même direction

Le conseil de Ténériffe

November 29, 2011

Un réseau de groupes et d’associations communautaires instaure la confiance en l’agenda municipal d’intégration

Pour l’île espagnole de Ténériffe, la croissance récente de sa population à travers la migration ainsi que la diversité de villes telles que Santa Cruz de Ténériffe sont de nouveaux phénomènes. Bien que sa situation à 210 kilomètres de la côte nord-ouest de l’Afrique pourrait suggérer une migration périlleuse en mer, la réalité est plus semblable à l’expérience d’autres villes espagnoles que le feraient croire les reportages des médias.

Heureusement pour Ténériffe, la grande majorité des immigrants sont attirés par l’économie et l’industrie touristique prospère de l’île (5 millions de visiteurs par an). Comme pour l’Espagne continentale, qui a accueilli 650 000 migrants par an au sommet du boom de la construction en 2005 (et 650 000 de plus quand le gouvernement a annoncé une amnistie pour les immigrants illégaux avec contrats de travail), les nouveaux arrivants de Ténériffe se composent d’immigrants de langue espagnole d’Amérique du Sud et Centrale et d’Européens, ainsi que d’autres provenant d’Afrique du Nord, d’Afrique centrale, de l’Inde, de la Chorée et de la Russie. Depuis 2001, la population née à l’étranger a doublé. En 2010, un résident sur quatre de cette petite île des Canaries est né en dehors de l’Espagne.

Réponse rapide

L’industrie touristique prospère de Ténériffe et l’économie locale dépendent d’une main d’œuvre avenante, de quartiers et de communautés sûrs et attrayantes. Avec son inscription pour devenir un site du patrimoine mondial en jeu, la cohésion sociale est une première priorité du gouvernement local.

Cependant, quand le Conseil municipal de Ténériffe a reconnu l’importance de cette tendance démographique actuelle, il a été concerné par le manque d’interaction existant entre les nombreux différents groupes immigrants. Peu d’entre eux étaient représentés par des associations communautaires formelles, et les membres du Conseil ne savaient pas toujours à qui s’adresser quand il fallait une participation communautaire pour soutenir les efforts de la municipalité envers l’intégration.

Pour remédier à la situation, en mars 2010 le département chargé de l’économie et de la compétition du Conseil a lancé un projet visant à créer un réseau d’associations et de groupes communautaires immigrants dans le but de favoriser la cohésion sociale à travers des modes de communication et des opportunités améliorés de se faire connaître.

Ajouter « solidarité » : ensemble dans la même direction

Le Conseil a mis l’accent sur les réseaux d’associations d’immigrants, représentant les pays d’origine ou les ethnicités spécifiques, en se basant sur l’hypothèse que les immigrants eux-mêmes sont «les meilleurs représentants de la voix des nouveaux citoyens » et qu’ils soutiendraient les efforts de la municipalité envers l’intégration.

Le projet a été initialement nommé « dans la même direction » ; cependant, les commentaires reçus des réseaux d’associations d’immigrants ont convaincu le Conseil qu’il fallait y ajouter le mot « ensemble » pour renforcer l’idée que ce n’était pas simplement une initiative descendante, mais un processus réellement participatif.

Aujourd’hui le projet s’appelle Ensemble dans la même direction (Juntos En la misma dirección) et prend la forme d’un réseau d’associations d’immigrants, d’agences gouvernementales, d’organismes sociaux et autres. Le réseau a le soutien de l’observatoire d’immigration à Ténériffe (OBITen) et de l’Universidad de La Laguna.

La voix des nouveaux citoyens

Les objectifs sont simples : améliorer l’engagement civique des associations d’immigrants, augmenter leur capacité d’organisation à travers des ateliers de formation et faciliter une meilleure communication entre les divers participants au sein du projet à travers un forum internet et des discussions inter-île. Ce projet comprend aussi cinq groupes de travail, concentrés sur des questions qui concernent la communauté : les services sociaux, la violence contre les femmes, le co-développement, la participation sociale et la communication.

Bien que le projet soit relativement neuf, le retour d’information reçu de la part des participants démontre qu’il est très prometteur. Les sessions de formation sur la résolution de conflits ont été reçues avec enthousiasme de la part des groupes de nouveaux venus tandis que la publication et la distribution d’un guide pour toutes les associations d’immigrants à Ténériffe (disponible en ligne) ont été utiles aux agences municipales.

Les autres bénéfices qui en ressortent sont un sentiment de pouvoir venu de la participation au projet, des relations améliorées avec d’autres associations et une réalisation de la part de tous les groupes qu’ils travaillent ensemble d’après un agenda partagé pour l’intégration et la cohésion sociale.

Les plans futurs incluent une formation en diversité pour les organismes publics et privés, des stratégies de communication améliorées tenant compte d’une population multiculturelle et davantage de collaboration entre les groupes immigrants en ce qui concerne le développement communautaire.

La réussite

La décision du Conseil de Ténériffe de se concentrer sur les stratégies de communication et de participation communautaire comme le premier pas vers une meilleure intégration des nouveaux résidents de la ville a réalisé d’importants progrès, spécialement dans le domaine de réseautage parmi les associations – ils ne se sentent plus isolés.

Julia Milián, la présidente de l’Association socio-culturelle pour l’intégration des femmes à Ténériffe, qui est d’origine péruvienne, dit que « Ensemble dans la même direction »  « a rapproché les immigrants venant de partout et a dissipé les craintes que nous avons à prendre contact avec les autres quand nous arrivons dans un nouveau pays. »

Pour Carmen Navarro, conseillère municipale de Ténériffe responsable pour l’immigration, « Ensemble dans la même direction » a ouvert des portes à de nouvelles associations et a donné aux politiciens traditionnels une nouvelle perspective sur l’expérience d’établissement et d’intégration des immigrants à Ténériffe.

« C’est merveilleux de ne pas se sentir seul, » dit madame Navarro. « Ça a beaucoup aidé de pouvoir travailler au sein d’un réseau et se soutenir les uns les autres. »

Making it Work for You:

  • Un processus participatif marche le mieux quand la participation (l’inclusion) commence à l’étape de la planification.
  • Renforcer le pouvoir d’action des communautés locales par le biais de la consultation et de la prise de décisions partagée instaure la confiance et la loyauté et facilitera une meilleure mise en œuvre et un succès à plus long-terme.
  • Partagez les résultats des consultations communautaires avec les médias afin d’accroître la sensibilisation au rôle que la diversité joue en matière de bonnes prises de décisions et des bénéfices que toute la communauté en tire.

Maytree